Retour sur les dernières mesures annoncées pour atténuer l’impact économique de la pandémie sur la branche

Le Conseil fédéral a annoncé diverses décisions, le 1er juillet dernier, pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Outre les mesures visant à empêcher une nouvelle propagation du virus, d’autres décisions ont été prises afin d’en atténuer l’impact économique sur la branche de l’hôtellerie-restauration.

Droit à l’allocation pour perte de gain due au coronavirus prolongé jusqu’en septembre
Pour les indépendants, le droit à l’allocation pour perte de gain due au coronavirus a été prolongé jusqu’au 16 septembre 2020. Les personnes salariées de leur propre entreprise (Sàrl, SA) dans le domaine de l’événementiel, qui se trouvent dans une situation difficile, peuvent désormais également demander l’allocation pour perte de gain due au coronavirus au lieu de l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail accordée jusqu’à la fin mai. Les entreprises suivantes font notamment partie du domaine de l’événementiel: clubs, discothèques et restaurants qui organisent parfois des concerts. La nouvelle adaptation de l’ordonnance vise à tenir compte du fait que de nombreuses entreprises de ce secteur ne sont pas encore en mesure de redémarrer leurs activités, ou pas encore complètement, bien que les mesures contre la pandémie aient été partiellement levées. La demande doit être déposée auprès de la caisse de compensation de l’AVS (GastroSocial).

Prolongation de la durée d’indemnisation maximale en cas de RHT
La durée d’indemnisation maximale en cas réduction de l’horaire de travail est prolongée de septembre 2020 à la fin 2021, passant ainsi de douze à dix-huit mois.

Partage des charges pour les loyers
Dans le cadre de la crise du coronavirus, les loyers commerciaux doivent être répartis entre le locataire et le bailleur. Pour la période de fermeture prononcée par les autorités, ou en cas de restriction d’activité, les locataires doivent payer 40% et les bailleurs 60% du loyer. Le Conseil fédéral a présenté un projet de loi actuellement en période de consultation, jusqu’au 4 août 2020.

Quarantaine pour les voyageurs entrant en Suisse
A partir du 6 juillet 2020, toute personne entrant en Suisse en provenance de certaines zones à risque devra passer dix jours en quarantaine. Si un collaborateur voyage dans un pays ou une région à risque après la publication de la liste de l’OFSP, il n’aura pas le droit à l’allocation perte de gain ou à l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail pendant la quarantaine consécutive à son voyage.

Plus d’informations sur le site de GastroSuisse