Des réponses aux questions importantes que se posent les acteurs de la gastronomie

Depuis le 6 juin, l’assouplissement des restrictions permet aux restaurateurs de rouvrir leur établissement avec moins de contraintes même s’ils doivent toujours respecter un plan de protection.

Pour accompagner cette réouverture, GastroSuisse a publié une série de réponses aux questions que peuvent se poser les acteurs de la gastronomie. Les thèmes des assurances et du chômage partiel sont aussi abordés.

Quels sont les changements les plus importants pour la branche à partir du 6 juin?
À partir du 6 juin, la limite de quatre personnes servies par table sera levée. Toutefois, pour les groupes de cinq personnes ou plus, les établissements doivent obtenir les coordonnées d’un des membres de la tablée au moins. Des événements réunissant jusqu’à 300 personnes peuvent à nouveau être organisés. Des offres de divertissement telles que billard, fléchettes, bowling, karaoké ou musique live sont également à nouveau autorisées.

Quelles sont les mesures qui doivent encore être appliquées?
Les établissements doivent fermer à minuit. Les établissements concernés sont : les établissement de restauration, y compris les bars et les lieux de restauration collective (cantines d’entreprise ou cantines scolaires) ainsi que les clubs, salles de danse et les boîtes de nuit.
Une distance de deux mètres doit être respectée entre les tables. Si un groupe d’invités est réparti sur plusieurs tables, cette règle ne s’applique pas.

Est-ce que je percevrai une indemnisation si j’ai souscrit une assurance épidémie?
Les compagnies d’assurance épidémies doivent payer pour les dommages causés par le coronavirus, bien que ce virus soit considéré comme une pandémie par l’OMS. C’est également la conclusion de l’expertise commandée par le médiateur pour les assurances privées. L’engagement constant de GastroSuisse a conduit les compagnies d’assurance à faire progressivement des offres aux membres. Certaines d’entre elles étaient correctes et pouvaient être acceptées, comme le service juridique de GastroSuisse l’a indiqué. Toutefois, des pourparlers sont toujours en cours avec les différentes compagnies d’assurance, c’est pourquoi GastroSuisse n’a pas encore fait de déclaration publique à ce sujet. GastroSuisse poursuit le traitement du dossier et tiendra ses membres informés.

Puis-je continuer à percevoir les indemnités de chômage partiel même si je n’ai pas encore ouvert mon établissement parce que cela ne serait pas rentable?
Un établissement fermé a droit au chômage partiel au-delà de la date du 11 mai 2020 s’il peut démontrer que sa réouverture entraînerait des pertes et un risque accru de licenciements ou de fermeture définitive. Les établissements qui ne sont pas en mesure de respecter les mesures d’hygiène requises – ou si l’accès est limité parce que le lieu n’est desservi que par des moyens de transport qui ne seront pas en service avant le 6 juin (par exemple, des téléphériques ou des bateaux) -, peuvent également rester fermés. La réduction des heures d’ouverture et une offre limitée restent possibles. Là aussi, l’indemnisation du chômage partiel continuera en principe à être versée. Le 20 mai, le Conseil fédéral a décrété qu’à partir du 1er juin, le droit extraordinaire à la réduction de l’horaire de travail sera supprimé pour les personnes qui occupent une position assimilable à celle d’un employeur et pour les conjoints ou partenaires enregistrés de ces personnes occupés dans l’entreprise, ainsi que pour les apprentis. Cette décision est un coup dur, car elle s’applique également aux entreprises qui ne peuvent pas encore ouvrir. GastroSuisse est immédiatement intervenue auprès du Conseil fédéral et demande que cette décision incompréhensible soit annulée.

Que signifie la décision du Conseil fédéral pour le plan de protection à partir du 6 juin 2020?
Il convient tout d’abord de souligner que le plan de protection a été imposé par le gouvernement. Les changements les plus importants: Les hôtes ont la possibilité de se laver les mains à l’eau et au savon ou de les désinfecter avec un désinfectant pour les mains lorsqu’ils entrent dans l’établissement. Ceci n’est plus une exigence obligatoire. La taille d’un groupe d’invités est désormais limitée à un maximum de 300 personnes. Cela vaut également pour les discothèques, les clubs de danse et les boîtes de nuit. Si la nourriture et les boissons doivent toujours être consommées assises, les distances minimales au sein d’un groupe d’invités ne doivent plus être respectées. Toutefois, les établissements veilleront à ce que les différents groupes de clients ne se mélangent pas.

Et maintenant, qu’en est-il de la distance sociale?
La distance de deux mètres reste valable entre les groupes d’invités. Les établissements veillent à ce que les groupes d’invités qui attendent puissent maintenir une distance minimale de deux mètres par rapport aux autres groupes d’invités. La distance minimale de deux mètres s’applique également entre les participants de séminaires et autres conférences.

Qu’en est-il des mesures à prendre en matière de nettoyage?
Il existe de nombreux assouplissements dans ce domaine. Par exemple, il n’est plus nécessaire de changer les sets de tables et couverts après chaque invité et de le nettoyer avant de le réutiliser. Même les menus et les tablettes n’ont plus besoin d’être nettoyés et désinfectés après chaque invité. Toutefois, les surfaces doivent encore être nettoyées régulièrement et de manière assidue.

Que doivent faire les collaborateurs qui présentent des symptômes du Covid-19 sur leur lieu de travail?
Si des symptômes apparaissent, les employés rentrent chez eux et sont invités à suivre les consignes d’isolement et de quarantaine fixées par l’Office fédéral de la santé publique.

Que dois-je savoir d’autre en rapport avec le plan de protection?
Voici les prestations qui sont à nouveau autorisées à compter du 6 juin: les établissements peuvent proposer des articles partagés par plusieurs invités, tels que des magazines, des journaux ou des snacks. Les entreprises de restauration ne sont plus obligées de renoncer au self-service. Autre changement à noter: les aires de jeux pour enfants et les terrains de jeux sont à nouveau accessibles. Le nombre d’enfants autorisés à y jouer n’est pas limité. Aucune distance minimale entre les enfants n’est nécessaire. Tous les jouets doivent être faciles à nettoyer. Toutefois, les parents ou les personnes chargées de la surveillance doivent maintenir une distance sociale avec les autres enfants et personnes. Pour les événements, l’enregistrement des coordonnées des participants n’est pas nécessaire si l’organisateur assure qu’il a établi une liste d’invités. L’organisateur n’est pas tenu de remettre cette liste à l’exploitant. L’établissement saisit les coordonnées de l’organisateur.

Les documents les plus importants sur le concept de protection sont disponibles le site de GastroSuisse.
Ces informations ont été publiées dans le magazine GastroJournal (n° 23/24, du 4 juin 2020).